Formalités d’entrée et d’installation

FORMALITES DE SEJOUR

Pour obtenir un visa d’entrée et de travail en Arabie Saoudite, le candidat à l’expatriation doit détenir déjà un contrat de travail. L’employeur ( ou sponsor) effectue les démarches nécessaires sur place auprès des Ministères de l’Emploi et de l’Intérieur. Après avoir recueilli leurs accords, il dépose le dossier aux Affaires Etrangères qui lui attribuent un numéro et donnent à l’Ambassade saoudienne concernée l’autorisation de viser.

Ce numéro de référence doit être communiqué au candidat pour faciliter ses démarches. Les visas de moins de 6 mois, dits ’’ visas de visite ’’ sont délivrés par les Ambassades saoudiennes à l’étranger sur instructions du Ministère des Affaires Etrangères saoudien à la suite d’une demande formulée par un employeur saoudien ou une société étrangère implantée dans le Royaume ( visa de 1 à 6 mois ) ou par un citoyen saoudien ou étranger sous certaines conditions ( visa de 1 à 3 mois ).

Délai d’obtention du permis de résidence ou de travail : Pour une personne arrivée sous couvert d’un visa de travail, les délais sont de l’ordre d’un mois.

Visa d’entrée pour le conjoint : tout salarié résidant en Arabie Saoudite et possédant un diplôme délivré à l’issue de 2 années d’études après le baccalauréat, peut obtenir l’autorisation de séjour pour son épouse et ses enfants mineurs. Le visa de résidence peut être accordé en même temps que le visa du chef de famille ou ultérieurement sur intervention du sponsor auprès des mêmes autorités saoudiennes et transmission de l’accord à l’Ambassade saoudienne dans le pays concerné.

Enregistrement auprès des autorités locales

Permis de séjour : l’iqama est un titre unique de séjour et de travail, sur lequel figurent les mentions d’état civil, de nationalité, de profession, de religion et surtout les nom et adresse du sponsor.

Ce document est délivré par la Direction d’ Immigration et des passeports, au vu du passeport, d’une lettre du sponsor, de 4 photographies et après acquittement d’une taxe (timbres fiscaux). Il est normalement valable deux ans. L’épouse et les enfants qui résident dans le pays, y sont portés. Le port d’Ikama est obligatoire ; il est réclamé à tout contrôle de police et lors de l’accomplissement de toute formalité ( y compris l’encaissement d’une somme ou d’un chèque ). L’épouse pourra détenir une photocopie de l’Ikama de son conjoint.

Cette formalité peut être menée à bonne fin en s’adressant personnellement au Service concerné ( Y consacrer deux matinées ), en la confiant au démarcheur du sponsor ( pratique courante ) ou à un intermédiaire " payant " . Il convient de rappeler ici que le sponsor a le droit de conserver le passeport de son salarié étranger pendant toute la durée de son séjour dans le Royaume, et que celui-ci ne peut quitter le territoire et y revenir, sans avoir obtenu au préalable un visa de sortie et de retour ( désigné sous le nom d’ " exit-réentry visa" ), pour lequel l’intervention du sponsor est également requise (normalement pour chaque voyage ). Ainsi cette même approbation est-elle indispensable pour tout déplacement dans le pays, entre une province et une autre. Elle peut toutefois être permanente.

Dernière modification : 28/08/2007

Haut de page